Ventres de métal

LOE

Une semaine plutôt calme, après les excès des semaines passées. Au programme, juste le concert des Lesbians on Ecstasy, dans le cadre du Pink and Purple Festival, pour les 10 ans de l’asso Popingays.

DSC00134

Arrivée aux abords du bato dans un crépuscule un peu frais. Je retrouve mon collègue baleinier nocturne, le sémillant monsieur Quelen, responsable du très recommandable « un dîner de sanglots » ainsi que Val et Miette. Pas trop la foule. On enquille quelques demis sur un D.J set honorable, entre goth et new-wave.

Les « JEAN GENET » vont ouvrir le ouvrir le bal. Un couple en short et sparadraps sur les tétons, qui s’agitent sur des boucles de synthés. Plutôt rigolo. Disco punk. Chansons ultra courtes, belle énergie éruptive, paroles parfois tordantes, dont l’excellent « i wanna fuck a Hip Hop Guy ». Queer et lad à la fois. DSC00138

Ca bounce, ça passe dans le public, ça se matraque avec des micro gonflables, ça fait des solos de guitare en mousse. Foutraque mais entraînant. Un bref rappel puis on enchaîne avec les RHYTHM KING AND HER FRIEND.DSC00145

C’est labellisée cold wave mais ça penche plutôt vers un rock éléctro un peu progressif, assez pénible malgré des bons passages de guitares, mais la tartine de textes, le chant approximatif et les projections intellos étouffent le projet. Selon Val, des lesbiennes qui ont trop lu Télérama. Pas accroché.

Retour au bar pour quelques centimètres de houblon puis le groupe tant attendu, « Lesbians On Ecstasy » arrive sur la scène métallique du Bato. J’avais extrêmement apprécié leur album, mélange de trash/métal et de dance sans complexe et je voulais vraiment les voir en vivant, avec un volume sonore décent.

Pour leur premier passage à Paris, elles attaquent avec du lourd, une reprise de L7, dirait-on. La basse fracasse carrément ! Un son incroyable, sale, rouillé et qui martèle. Malgré leurs pantalons pailletés, les L.O.X ne rigolent pas, c’est quasiment du trash façon Anthrax ! La voix arrache également, bien puissante et la batteuse n’est pas en reste, bien mobile et totale showgirl. Le titre "Sedition" est une base idéale pour des remix électro, avec ses percus cybernétiques. A cette occasion, la chanteuse et la batteuse nous gratifient d’une belle démo de robot dance, la classe ! Les L.O.X enterrent CSS et la plupart des groupes de NU-Métal.DSC00177

Viennent les titres, Victoria, Sedition, L-World, Balti, Bitchy. L’alliance métal sans concession et techno/dance parfois basique fonctionne aussi bien que sur disque. Les L.O.X prolongent Big Black et Therapy ? avec encore moins de complexes ! Certains titres combinent le métal et la baile funk ou se basent même sur des rythmes salsa mais sans jamais perdre la hargne et la lourdeur métaleuse. Mon meilleur concert métal depuis des mois. DSC00181

Du coup ça pogote dans le public. Il est à noter que les demoiselles de 40 kilos font moins mal que les brutasses de Dirge ou que les karatékas qui font des high-kick pendant les sets d’UNSANE. Le show des canadiennes est impeccable et généreux. La tension ne redescend que pour le dernier titre, sorte d’hymne love-love repris en cœur et en frontal par la totalité du groupe.DSC00192

Pour les rappels, de façon à annoncer avec ironie la soirée Drum and Bass à venir, les LOX nous balancent même des boucles breakcores avant de conclure avec le classique de Reel 2 reel, « I like to Move it… Move it ! ».

Le rock est là ! Empli de puissance, de hargne et d’humour. Son devenir est désormais entre les mains des Lezzies Sous X !

http://www.myspace.com/lezziesonx

Merci à Val pour l'illustr et pour avoir subtilisé la set list de Pear-EE !

DSC00161