Les commentaires du Boss ! DSC00217

Commençons le week end par une visite dans la cave du Katabar pour la soirée REFLEX, soit la before 80/New wave du vendredi reactivée par le grand Fred. Je me plante au bar avec Dora et regarde passer les habitués, les piliers du Kata, les âmes écorchées et un chiot particulièrement mignon. Pas mal de connaissances d’ailleurs, Wytltl, Aline qui me montre ses dernières ecchymoses et même Chipewa que je n’avais pas croisée depuis des éons. La soirée démarre plutôt tard, Fred ayant oublié ses disques et la punish team n’est pas encore arrivée.DSC00137

Pour passer le temps, alcools « extraordinaires », Vodka-Vanille (toujours impeccablement concoctée par Alan), quelques Bloody Mary, ambiance vampirique oblige puis enfin, quitte à boire à prix décent, j’opte pour la carbonisation au double-Jack sans glace et sans concession. Check des soirées à suivre, La scandale, le Maxim’s, avec Sasha Funke ou une obscure soirée speedcore aux caves Lechapelais ? Descente dans les profondeurs pour suivre Ferdi, Stob, tco, Miss Zombie, Peydey, Lord et le reste des fluos qui déjà remuent des bras et tombent la chemise. Du DM, quelques hits antiques et c’est bon, je démarre sur un Billy Idol. Dancing with myself, approprié. Bonne petite sélection, du Blondie, du Tear for Fears et le magique « Rebel Yell » de l’icône Billy Idol. Des djeunettes trippent sur l’ami Billy et ça réchauffe mon vieux cœur de rockeur. Toutes ces années passées à danser en slip en écoutant des cassettes sur un ghetto blaster, n’auront donc pas été vaines !DSC00139

Je paume Dora, je la retrouve après son périple dans le métro, demi en main, puis j’opte au final pour la Scandale, au Bus Palladium. C’est à côté et je commence à osciller dans mon sombre costume. Je trace donc et m’insère dans une file juvénile. Le gars du vestiaire, très taquin, me demande ce que j’ai fait de Robin. J’entre et retrouve Val, dissimulé derrière un pilier. Aux platines, MEN, en fait deux filles du TIGRE, la blonde et la moustachue à binocles. Un mix mais avec des éléments de live. Son très correct, visuel impeccable et ils ont eu la bonne idée d’abaisser la place des DJ/Live à taille du public et de masquer la vieille cabine hautaine. On poursuit sur une trajectoire 80’s/90’s avec des perles comme Technotronic, des morceaux du TIGRE, dont « deceptacon », ce monument qu’est « Like a Prayer » de Madonna et même surprise du « Aretha Franklin » ! Avec « Respect », le titre tiré de la BO des « Blues Brothers » . Dans le registre soul/funk « sister are doing for themselves ». Du bon gros mix façon « Même pas peur », dansant, rigolo, festif. Je retrouve Lord qui a tenté l’aventure au Bus mais semble modérément motivé. Bonne affluence, esprit ouvert, ça bounce, freaks, curieux, touristes, un peu de tout.DSC00142

Je croise également le vieux punkos croisé à l’after Punish/OPA mais il ne me reconnaît pas et prend peur. Passage au bar, tarifs club mais serveurs sympas. Vodka/crannberry pour goûter au pouvoir des fruits puis retour au centre pour quelques slows optiques avec des touristes allemandes ou des mimes électrosexuels. Un break rapide puis voici ADRIANO CANZIAN, habillé en lord Humungus avec une cagoule argentée. Il attaque par une étrange techno à la fois minimale, âpre et qui véhicule une moiteur sombre. Assez violente, répétitive et extrêmement salace ! « lick my ass » ou encore « U excite me so much » Les vidéos renforcent cette impression übersexual. La frange « hot » Space Factory / Gigolo, comme Dirty Princess ou D.I.P. Mais là avec un aspect minimal barré. Je trippe bien et oscille entre des blondes géantes et des couples à bloc. DSC00190

Mais malgré un très bon départ, ça finit par devenir cheesy, plus électro/clash classique. Adriano tombe le masque et mollit un tantinet. Voilà ! Faut pas tomber la cagoule à mi-live ! Il reste tout de même de bons passages, bien freak, Minimal Sexual ! les derniers titres déchirent bien, bien fracassés, de ce noir profond, italien, fuligineux comme la damnation ! Je rencontre Posthuman ! Surprise ! Bien sympa de le revoir en ces lieux.DSC00242

DJ MACROSS aka THE OUTSIDER va tenter de reprendre la soirée, c’est presque mission impossible. Il va lancer un son électro/rock plutôt sympa, plus lumineux que le set de l’italien, histoire de maintenir les survivants en place. Je m’amuse encore, donc je tiens le dancefloor. Un vidéaste passe et me shoote puis me demande mon avis. Je décline. Il insiste  « Les commentaires du Boss ! ». Bon je fais une review express avant de me téléporter au bar où je croise Jeremie, déjà vu à la soirée Minus. Un vieux clubber aussi, également responsable clientèle. Nous avons des métiers stressants, nous cramons nos nuits jusqu’à l’aube. Je lui file mon numéro. Mince, ça ferme tôt par contre, je rate un verre offert et retrouve la grille du métro en attendant l’ouverture.DSC00254

Quelques heures de sommeil et on poursuit le lendemain au REX pour les 10 ans de SWAYZAK. Après le visionnage de Ladyhawk, je me fabrique un petit starter avec une solution à 25% Perrier/Sky pour mieux braver le froid et filer sur les Grands Boulevards. J’y retrouve Noïzykaa et Marie-Hélène. Entrée tôt , pour échapper au rush du vestiaire. Au bar, mes trois serveuses préférées, Mia, Marie et Alexandra. Retrouvailles avec Mia qui me repasse son numéro puis on se pose à l’arrière du club, sur les banquettes cosy. DSC00138

RICHARD DAVIS doit faire l’intro. Les débuts sont difficiles, des sons classieux mais pas trop percutants, peut être un peu trop subtils. Les premières heures au Rex sont souvent délicates. On en profite pour évoquer les rades rennais et le clubbing chambérien tout en goûtant des boissons colorées. Peu à peu, le live se cale et Davis colle ses vocaux, insufflant un côté Depeche Mode éthéré à ses compos. Ça me rappelle également DK7 et ça monte doucement. Petit tour sur le dancefloor qui se remplit vite. Premières rencontres optiques, dont Bérénice, également dotée de lunettes incroyables et d’une nuque en tungstène. Techno pop planante avec une belle voix empreinte de nostalgie. Shoegaze portée par des boucles circulaires et d’infimes montées. Je croise Clotilde venue pour le set de Davis justement. DSC00160

La transition avec SWAYZAK se fait en douceur puisque Davis chante sur le dernier album du duo anglais. Des débuts entre le dub et des structures plus minimales, reggae futuriste. De superbes moments, d’autres plus faibles. Un set entre le live et le mix. Bien progressif mais il manque peut être la marque d’un remixeur radical. Bonnes ondulations sur une piste bien remplie mais pas étouffante comme certaines fois. Un peu comme Adriano Canzian, hier, 50 % de très bien et le reste un peu remplissage. Bien hypnotique en tout cas à l’image des spirales écarlates qui rasent le plancher. Toujours paradoxal Swayzak, pas franchement percutant mais avec de belles pépites qui transparaissent dans un paysage parfois un peu morne. Je suis un peu déçu, ils ne vont pas jouer leur hit « I dance alone » ni le remix génial de Qwark « Acoustiques parallèles ». DSC00164

Passage au bar, où Marie m’offre un verre ! La classe ! Je me fais taxer quelques cigarettes par des étudiantes en com, retour de Bérénice avec qui j’évoque une after possible à la Follow Me, à priori pas grand-chose d’autre en ce Dimanche. Je lui promets de passer la voir lorsque nous quitterons le club. ROGER 23 boucle la soirée en montant un peu plus dans le rythme et on reste bien haut dans les vapeurs de la danse. Pas mal au final mais il y avait un léger manque. Un jeune homme très sympa, Arnaud, rejoint notre orbite tournoyante. DSC00238

Escale au vestiaire et tractations d’afterisation. Salutations de Mia sous les regards étonnés de collègues clubbeurs. La minute « un peu VIP ». Appel de Stef qui continue à la Follow après sa soirée house au Bataclan. Bon… Poursuivons donc… Bérénice et Arnaud sont hésitants mais grâce à mes pouvoirs mentaux, il vont au final me suivre dans le métro et jusqu’à la péniche NIX NOX. Un peu le coup de poker mais la dernière soirée était vraiment pas mal. DSC00274

Nous tombons dans un bon jour, un son tech/house bien rond et métallique. Ça va, mes collègues rexiens ne vont pas trop m’en vouloir. Bonne éclate terminale avec en prime des remixs électrohouse de Depeche Mode et même de Nitzer Ebb ! « Join in the chant » complètement délavé à l’acid house mais parfaitement jouissif pendant ces heures blanches. DSC00280

Par contre, j’arrête de boire et passe au perrier/sky pour l’hydratation, convertissant Bérénice au passage. On retrouve Stef qui se pavane en carré VIP avec une bouteille offerte. Total respect ! Discussions d’after pendant laquelle on me révèle qu’un édit papal a interdit tout lieu de plaisir à Chambéry pendant quelques siècles, diantre ! Une demoiselle se balade avec un ballon arraché du plafond, ça danse bien, bonne éclate. Public plus mélangé que les autres fois, assez happy.

Tandis que la petite troupe finit par s’émietter, un des videurs me prends mon portable car « pas de photos ». Je lui montre mes derniers clichés abstraits et ratés (du flou, le gros plan d’une applique murale, des points rouges sur fond noir), il me laisse tranquille. Je suis soulagé mais vexé.

Dernière danse disloquée avec Bérénice qui me dit qu’elle a un rendez-vous de boulot vers 13 heures. Houlà ! Comme sa présence à l’after est un peu de mon fait, je mets une deadline à 11 heures et vais faire le service après vente des fins de soirée. Elle trace au bar et m’offre un dernier verre de Perrier/sky.DSC00263

Elle fatigue, se barre un peu et une blonde échevelée en profite pour me sauter gentiment dessus. Mais je suis en mission pour Bérénice ! Mon salaire étant ce dernier verre inattendu. 11 heures, je la récupère sur en banquette et l’accompagne pendant quelques stations, un petit détour pour la rapprocher et nous nous séparons. No name, no slogan, no number.

Et si on ne se revoit pas, on s’imagine, comme avait dit « Gigi la magie » à une after, l’an dernier.   DSC00281

http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendid=117880043

http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendID=68836644

http://www.dailymotion.com/relevance/search/swayzak/video/x1k7oj_swayzak-keep-it-coming_music