DSC00234Like a Heartbeat DSC00171

Jeudi 08 / 11

En chemin, je remarque une affiche de Technikart avec la phrase de Coralie TT, je prends la photo sans me douter que les auteurs de cette déchirure sont Lynn, Tco and co… Clins d’œil, de forums en murs de métro.DSC00134

Cap sur le Nouveau Casino en ce jeudi glacé pour aller écouter le dernier prodige de chez Warp et l’excellent duo rap/électro DAN LE SAC versus SCROOBIUS PIP. Première escale au café charbon pour tester les Mojitos dans une ambiance feutrée et toujours très beautiful people. Je retrouve Véro et on passe à côté avec mes places gagnées sur la liste du Club de la rue d’Oberkampf.DSC00137

On entre portés par le set introductif de DJ Cycle. Une tech dub, un peu trance, pas terrible mais qui progressivement va bien faire ronfler les basses, façon Massive Attack et autres légendes du Trip-Hop. Pas la foule, le public clairsemé du jeudi et toujours une bonne présence japonaise. On va donc déguster quelques boissons sombres et pétillantes tout en discutant des légendes du jeu de rôle avant d’aller se dérouiller les genoux. DSC00161

Passage aux toilettes où je trouve, miracle de Noël, un whisky/coca même pas entamé. Tournée générale tandis que Dan le sac branche son laptop et que son compère, le grand barbu à cravate et casquette se concentre en relisant ses feuilles. DSC00142

Les premières chansons sont assez minimales, une électro rêche qui met bien en valeur le phrasé bien particulier du prêcheur cockney. Histoire assez banales, réflexions du quotidien, notes bien senties. Pas de grand discours péremptoire, juste des petites choses. Puis vient l’excellente chanson « Letter From God » qui se termine par une sorte d’envolée space disco héroïque. Viennent ensuite les hits « Thou shall always Kill » avec l’insert du nom de JUSTICE dans l’énumération des groupes anciens ou nouveaux, ponctuée de « Just a band ! ». Le duo clot ce set assez court, moins d’une heure, par leur dernier single, l’excellentissime « The beat that my heart skipped ». DSC00148

Pas mal d’applaudissements et on a donc le droit à un petit rappel. Belle révélation que ce duo, une voix particulière et une musique qui recèle une vraie force, sinueuse et fascinante. Pas le simple accompagnement musical. A priori les gens sont venus pour le DJ qui suit, FLYING LOTUS, un des derniers poulains de la grande écurie Warp qui ne cesse de repousser les limites et les horizons de l’électro. DSC00172

Et effectivement, il y a quelque chose d’unique chez le lotus volant. Il débute par une techno épurée et surprenante, étouffée façon Scratch Massive mais les boucles et les tempos sont sans équivalences même chez les perchés de la Minimale. Le set se déploie ensuite vers quelque chose de l’ordre de la Soul mais sans les éléments d’identification classique. Un dépouillement complexe, comme une savante écorchure, de façon à dégager l’essence d’une musique à venir.

Du Hip-Hop abstrait, hanté par des crachotements expérimentaux, surprenant, étonnant, mais qui nous emporte dans des danses syncopées et improbables. Des nappes profondes et des breaks au rasoir. Sublime, à l’instar de son hit, « Tea Leaf Dancers». Son set fini, il passe nous voir et j’ai profite pour le remercier pour ce son dément.DSC00180

DJ Cycle va boucler la soirée, le jeudi ça ferme tôt, on se fait doucement conduire vers la sortie. Au vestiaire, une brune me taxe une clope avant de me rouler un patin surprise. Rapide after dans le rade d’à côté dans lequel nous échouons. Dernier verre qui tasse et fracasse et rencontre avec un DJ Belge qui veut nous offrir un peu de poudre magique. Nous déclinons l'offre. Un peu de sérieux dans une fin de soirée destructurée. DSC00184 

Filtrage dans une autre dimension et réveil plutôt délicat au bureau. Je mets dix minutes à retrouver mes codes de connexion mais l’adrénaline chasse l’ivresse et je redeviens opérationnel.

Mardi 13/11 : Soirée 15 ans de la Martinière : Showcase DSC00187

Apéro dînatoire en début de soirée pour les 15 ans de mon éditeur et par la même l’occasion idéale pour découvrir ce fameux Showcase, le club tapi sous le Pont Alexandre III. Après quelques minutes de recherche, je découvre l’escalier et arrive dans les lieux. DSC00189

Une configuration assez curieuse, d’un côté la scène avec la piste, de l’autre un coin lounge avec des dizaines banquettes et un grand bar central. Néons, vôutes, boules discos et des ouvertures donnant directement sur la Seine. Je dois reconnaître que le lieu, en lui-même, est assez hallucinant. DSC00194

Je croise mes collègues de Baleine Noire, dont Guillaume « Van Helsing » Lebeau, Maud Tabachnik et le sémillant Gilbert Gallerne, l’ancien gorien. Open bar et petit fours, le tout sous une musique jazzy. Je repère quelques têtes connues, Gilles Verlant, Hubert Jacquard, un clone d’Elsa Sylberstein. Les collègues partent assez vite comme pas mal d’auteurs d’ailleurs. Public d’attachées de presse, d’auteurs et d’éditeurs. Après le discours, c’est la ruée vers le buffet. Avec Gilbert on s’étaient bien placés et nous dégustons des mousses de foie gras, des artichauts sur bruchetta, caviar, Parmentier de confit et champagne. DSC00195

Par contre niveau musical c’est un peu rude pour moi. Le lounge jazz ça lasse assez vite. Toutefois, le groupe est plutôt correct et la chanteuse suédoise est assez crédible dans ses interprétations. Je vais donc foncer au toilettes écouter le « Demi-Sang » de Hurtacker, titre tirée de la compilation Electro Manifesto 2 sur mon portable, téléchargé hier sur un site russe, pour une chronique future.DSC00201

Le groupe change, on nous promet du rock ! En fait ce sont des reprises des chansons les plus tristes et les plus molles des Beatles ! C’est la joie. Bon, je vais plutôt continuer à profiter du bar gratuit et je passe à la vitesse supérieur, perrier/sky. Serveurs très pros, jonglage et des doses plus que correctes. Je me log sur le web pour vérifier si il n’a a pas une soirée dans le secteur, au PARIS PARIS par exemple. Rien de rien, ce soir. Ha une reprise de « Love is all » de Butterfly Band… Tentative de groove un peu timide. Le groupe balance du pop/rock, quelques hymnes hippies. Je danse un peu, flanqué de la moitié des attachées de presse de la capitale. DSC00209

Vers 2 heures, je ne tiens plus, retour du groupe jazzy, je décolle. Grosse file d’attente à la borne, j’ai la tête qui tourne, je décide de rentrer un pied. Ça fait longtemps que je n’ai pas fait une bonne vieille traversée nocturne. Le froid pique un peu mais porté par les sons d’Electro Manifesto 2, je fend la bise hivernale. Quelques photos erratiques, saisies dans la traversée.

Un peu perdu, tout naze, sorti du Showcase de Jazz, je me matérialise soudain dans le 15 ème. Je retrouve enfin le chemin de la base, quelques minutes de micro sommeil avant le passage de Darty et un déménagement dans la poussière

Le myspace du lotus volant

http://www.myspace.com/flyinglotus

Le clip de Dan le Sac / Scroobius Pip

http://fr.youtube.com/watch?v=ESvYRR1Fyug

DSC00233DSC00242DSC00244DSC00247DSC00258