Ligne de nuit DSC03467

Début mars 2010, toujours ce froid brutal qui encercle le cœur de la capitale. En sortant, j’effraye quelques jeunes qui squattent dans le hall. Pourtant, je suis habillé « standard » ce soir, lunettes noires, chapeau et chemise psychotronique. Dans le métro, l’ambiance est curieuse. Des rappeurs plutôt relax font un show puis la sécu déboule et commence à les embrouiller. Les passagers prennent rapidement la défense des rappeurs. DSC03394 DSC03395 DSC03400

Pour se réchauffer, le mieux c’est encore de sortir, traîner encore sur les quais de Seine, direction le Batofar pour une nouvelle Backstage ! Sans doute la plus ancienne soirée que je fréquente encore.

DSC03405 DSC03413 DSC03414

Une sélection éclectique et intrigante. L’intro est très fidget/baile funk avec quelques jeunes DJ’s déchaînés. Damin prend la suite, impérial et nous balance un set plus Villalobos émaillé de passage percussifs. Vraiment pas mal avec en plus, ces titres pointus, ces sonorités rares.

DSC03417 DSC03422 DSC03432

Dehors, l’air est toujours glacé et Fantômette mixe en moufles et bonnet ! Je groove un peu mais finis par redescendre, me tenant à une verre de Black Russian, sévèrement dosé. Dans la calle, DJ KOLOMBO fait crisser les platines avec une techno limite foraine, dissimulant des remix de grosses chansons commerciales. Un peu de French Touch mais qui passe à côté. Un rien gras et faiblard.

DSC03450 DSC03459 DSC03460

On termine par Greg DELON, vétéran de la techno, qui sait placer ses montées. Je l’ai déjà vu pas mal de fois mais Greg assure toujours autant. Un beau final, propre et net. Lucas me concocte un verre de tueur, avec juste une larme de vodka. Limite fatal. Rencontre avec des jeunes de Montpellier, très relax et une « fan », selon son copain.

La semaine passe, avec son petit jeu de rôle du jeudi avant d’être, une fois de plus appelé par la sirène du bato rouge. DSC03469 DSC03471 DSC03473

Le son est idéal et l’intro de TKNIC est parfaite. Mélange détonnant minimal/EBM/tech des années 90’s. Il est suivi par DJ PROSPER, qui assure également la qualité syndicale, tout en étant plus fidget/funky mais bien délirant et bien tenu.

DSC03484 DSC03487 DSC03489

Ensuite, c’est le moment de retrouver les DETROIT GRAND PUBBAH qui m’avaient laissé un souvenir fabuleux de leur set funk/électro/salace/dingo, il y à quelques années.  L’optique est radicalement différente. Déjà, plus de masques de latex ni de coupes afro délirantes. Le set est percutant, d’un sérieux glacé, à la frontière d’une austérité musclée.

DSC03493 DSC03496 DSC03519

Public cool, hormis en terrasse où ça sniffe à tour de bras. Mais certains n’étant pas très discrets, ils se retrouvent sur le pavé.

Au retour, ça tangue. Bourrasques mentales. Je réceptionne des SMS en direct du Berghain, émanant de gens heureux. D’autres, moins chanceux, se sont rendus à la NEW WAVE DAY désormais localisée au BUS PALLADIUM. Mais le nouveau public semble avoir assassiné l’intérêt de cet alliage unique. 

DSC03528