On ferme !

chapal

Ce blog comme un antique troquet posté au bout de la RN20, aux couleurs passées, au comptoir rayé, avec ses tables en formica collantes. Quelques années de textes et de soirées dansantes alcoolisées, d’infos et de projets.

Il est temps de baisser le volet de fer, de rafler le fond de caisse et de poursuivre l’entreprise du texte minimaliste et concentré sur d’autres territoires, encore plus réduits, encore plus ésotériques. Il reste quelque lignes sur microphémérides et bien sûr je poursuis l’autoédition chez smashwords.

Un dernier article sur Lucius Shepard, découvert cet été et sans nul doute la grosse claque de la décennie qui vient de passer.  Laisse- vous dévorer par le dragon Griaule édité chez le Bélial, une fausse héroïc fantasy découpées en novelas, totalement politiques, d’une gauche rouge viande et d’un humanisme sombre. Replongez-vous dans « La vie en temps de guerre » réédité chez Mnémos.  Entre Dick, Borges et les grands romans de guerre américains. Et surtout, achetez, volez ou dealez de la dope pour acquérir « Barnacle Bill the spacer » traduit en français par « sous des cieux étrangers », ok pourquoi pas…

Collection de novelas juste parfaites, entre genres hybridés, rage sociale, rock furieux et altérations limites, le tout porté par une écriture puissante et qui cogne juste là, où il faut. « Aztech » m’avait bien botté et intrigué, le reste m’a définitivement convaincu. La SF comme dernier bastion, le genre comme tranchée boueuse, la forme courte comme un idéal.

Bonjour chez vous.  

griaule